Les canaris de couleur

Le Canari Lipochrome Jaune

Pardon monsieur, qu’avez-vous comme oiseau dans cette cage ? C’est un canari, chère madame. Ah bon ! Un canari ce n’est pas jaune ?

Beaucoup de personnes l’ignorent, mais un canari n’est pas simplement de couleur jaune. Fort heureusement, il existe de nombreuses variétés en canaris de couleur. Cependant, la couleur jaune du canari est entrée dans les mœurs depuis bien longtemps, l’utilisation de l’expression « jaune canari » est devenue monnaie courante de nos jours. Ce canari a toujours autant de succès aux yeux des éleveurs, comme le démontre la quantité d’oiseaux présentés lors des expositions. Cependant, l’obtention de jaunes de qualité correspondant au standard n’est pas chose aisée.

Le canari jaune est classifié dans la famille des lipochromes en canaris de couleur. La couleur jaune est uniformément répartie sur le plumage de l’oiseau. Les parties cornées sont de couleur claire (chair). La taille idéale de l’oiseau est de 14cm (de la tête à la queue).

jaune_schimmel.jpg Lipochrome Jaune Schimmel

Le lipochrome jaune est un oiseau très agréable à contempler tant par sa couleur que par son chant. Il existe depuis des siècles et trouve son origine auprès des canaris verts (noir-jaune). Suite à son élevage, d’autres mutations apparurent et les résultats de ces accouplements sont à la base de la mutation ivoire et du canari lipochrome blanc. C’est aussi grâce à l’accouplement entre le Tarin du Venezuela et le lipochrome jaune que le canari orange vu le jour (le lipochrome rouge d’aujourd’hui).

Chez le canari jaune, aucune mélanine n’est visible, du à l’absence de travail du facteur enzyme, désigné par la lettre E+, mais il possède toujours les caractères héréditaires du noir, de l’agate, du brun ou de l’isabelle.

En lipochrome jaune, la mutation ivoire peut être combinée. Le symbole génétique pour caractériser un canari jaune pur est BL+

Facteur Optique Bleu

La tonalité de la couleur jaune s’exprime du jaune citron, jaune moyen, jaune doré, voir jusqu’à l’orangé. En présence du facteur optique bleu, la couleur jaune ressemble à la teinte du citron (fruit), on parle alors de la couleur « jaune citrin ». Il apporte de la luminosité dans le plumage. Il faut préférer les oiseaux possédant ce facteur optique, car dans le cas inverse, les canaris jaunes sont souvent trop dorés. Ce facteur peut s’exprimer en double exemplaire. Le facteur bleu, est aussi appelé facteur de réflexion.

Formulation génétique :

  • B = facteur bleu
  • B+ = sans facteur bleu

Chaque personne à une vision différente de la couleur d’un canari jaune et la qualité de la lumière influencera notre perception.

Facteur de Concentration

Le facteur de concentration des caroténoïdes*, désigné par la lettre J, est responsable de trois nuances de jaune.

(*) Les caroténoïdes sont des pigments orangés (carotènes) et jaunes (xanthophylles).

Formulation génétique :

  • JJ = jaune soutenu
  • JJ+ = jaune non soutenu
  • Lorsque le canari jaune a deux facteurs J (homozygote), il est jaune paille, correspondant au génotype JJ. La couleur jaune est très soutenue. Les canaris sont à garder pour l’élevage ou pour les concours.
  • Lorsqu'il possède seulement un facteur J (hétérozygote), il est jaune moyen, correspondant au génotype JJ+. Les canaris sont moyens pour l’accouplement et sont les plus courants dans nos élevages.
  • Lorsqu'il ne possède pas de facteur J, il est jaune jonquille, correspondant au génotype J+J+. Il faut se séparer de ces oiseaux, car le jaune est trop pâle.

Il faut donc privilégier les canaris dont la couleur jaune est soutenue JJ et combinée au facteur optique bleu en double exemplaire BB. L’oiseau ne paraitra donc pas doré du au facteur optique et correspondra idéalement au lipochrome jaune.

Lipochrome jaune aux yeux noirs ou aux yeux rubis (rouges)

Il existe des canaris jaunes aux yeux noirs ou aux yeux rubis, dans ce deuxième cas, on parlera de lutinos, grâce à l’apport de la mutation Ino ou plus couramment de la mutation satinée. Les inos ont les yeux plus rouges que les satinés. L’élevage des lutinos est plus difficile et aussi moins prolifique. La vue de ces oiseaux est déficiente du au résultat de plusieurs mutations. A la naissance des oisillons, l’éleveur distinguera aisément les lutinos dans une nichée, grâce à la couleur des yeux qui s’observe paupière fermée par transparence (yeux rubis). Il peut arriver que les yeux soient rouges à la naissance et deviennent noirs en quelques jours, c’est du au cas d’isabellisme et ces oiseaux ne seront donc pas classifiés comme des lutinos.

L’avantage des lutinos, c’est qu’ils ne permettent pas la formation de traces noires dans le plumage, car la mutation ino et satinée, inhibent le noir. Il est important de ne pas accoupler un lutino ino avec un lutino satiné ou inversement, car il s’agit de deux mutations différentes. Il est impératif de se renseigner auprès de l’éleveur avant achat, pour connaitre le patrimoine génétique des oiseaux.

yeux_rouges_noirs.jpg La différence de la couleur des yeux permet de distinguer un Lutino Intensif (yeux rubis) d’un Jaune Intensif (yeux noirs).

Résultats d'accouplements : La mutation Ino est récessive libre.

Jaune Ino x Jaune Ino

  • 100% Jaune Ino

Jaune Ino x Jaune

  • 100% Jaune Porteur Ino

Jaune Porteur Ino x Jaune Ino

  • 50% Jaune Ino
  • 50% Jaune Porteur Ino

Jaune Porteur Ino x Jaune

  • 50% Jaune
  • 50% Jaune Porteur Ino
  • Accouplement déconseillé, car il est impossible de distinguer les porteurs des non-porteurs

Jaune Porteur Ino x Jaune Porteur Ino

  • 25% Jaune Ino
  • 25% Jaune
  • 50% Jaune Porteur Ino
  • Accouplement déconseillé, car il est impossible de distinguer les porteurs des non-porteurs

Signification d’un porteur :

  • Un porteur, c’est un sujet hétérozygote possédant une mutation qu’il n’exprime pas visuellement.

nichee_lipochrome_jaune_yeux_rouges_noirs.jpg Une nichée de Lipochromes Jaunes, dont le sujet central est un Lutino (yeux rubis)

Résultats d'accouplements : La mutation Satinée est liée au sexe.

Mâle Jaune Satiné x Femelle Jaune Satinée

  • 100% Jaune Satiné

Mâle Jaune Satiné x Femelle Jaune

  • 50% Mâle Jaune Porteur Satiné
  • 50% Femelle Jaune Satinée
  • Accouplement autosexables

Mâle Jaune x Femelle Jaune Satiné

  • 50% Mâle Jaune Porteur Satiné
  • 50% Femelle Jaune

Mâle Jaune Porteur Satiné x Femelle Jaune Satinée

  • 25% Mâle Jaune Satiné
  • 25% Mâle Jaune Porteur Satiné
  • 25% Femelle Jaune Satinée
  • 25% Femelle Jaune

Mâle Jaune Porteur Satiné x Femelle Jaune

  • 25% Mâle Jaune
  • 25% Mâle Jaune Porteur Satiné
  • 25% Femelle Satinée
  • 25% Femelle Jaune

jaunes_lutinos_intensifs_sc.jpg De gauche à droite : Jaune schimmel – Lutino intensif – Lutino schimmel – Jaune intensif

Le Facteur Intensif – Schimmel – Mosaïque

Le lipochrome jaune se caractérise en 3 catégories pour désigner la qualité et la structure de la plume. Le partie inférieure de la plume, appelée sous-plume est commune aux trois, elle est de couleur blanche.

La partie supérieure de la plume est :

  • pour l’intensif, colorée jusqu’à son extrémité et uniformément répartie
  • pour le schimmel, colorée en laissant apparaitre à son extrémité une bordure blanche
  • pour le mosaïque, colorée uniquement à la moitié de la plume.

schema_facteurs.jpg

L’intensif

Le facteur intensif est une mutation dominante sur le schimmel. Il permet aux pigments caroténoïdiens de se fixer de façon maximale sur les barbes et barbules de la plume. La croissance de la plume chez l’intensif est ralentie, ce qui a pour résultat de donner un plumage plus serré et fortement coloré en jaune. Généralement, les lipochromes intensifs ont une structure de plumes courtes, cependant, des canaris intensifs à plumes longues existent aussi.

Le standard stipule : « Il faut préférer les sujets qui présentent aucune trace de givrage. Chez eux, le pigment lipochromique doit atteindre l’extrémité de chaque plume.»

En concours, il est conseillé de présenter les mâles, car les femelles présentent généralement un givrage trop important dans la partie dorsale de l’oiseau, au niveau de la nuque. Cependant, il existe des femelles possédant un plumage exceptionnel et qui dans ce cas pourront concourir.

lipochrome_jaune_intensif_braives.jpg Lipochrome Jaune Intensif

duo_jaune_intensif.jpg Duo de Lipochromes Jaune Intensifs

Les principaux défauts à éviter :

  • traces de mélanine sur les parties cornées ou dans le plumage
  • manque de profondeur et de richesse dans la couleur de fond
  • trace de schimmel
  • bicolore
  • manque de coloration des rémiges et des rectrices
  • plumage trop doré
  • manque de facteur optique

Dans cette catégorie sont repris :

  • Jaune intensif
  • Jaune ivoire intensif
  • Lutino intensif
  • Lutino ivoire intensif

Formulation génétique :

  • I = intensif

difference_categorie_intensif_schimmel_lipochrome_jaune.jpg Une bordure blanche est bien visible à l’extrémité de la plume pour le schimmel (à gauche), tandis que pour l’intensif, la plume est colorée entièrement (à droite).

Le Schimmel

Le facteur schimmel, d’origine sauvage, permet aux pigments caroténoïdiens de se fixer en grande partie sur les barbes et barbules de la plume. Il reste une partie non-colorée à l’extrémité de la plume, qui donne au plumage de l’oiseau un aspect givré (écaillage). La structure de la plume est différente, elle est plus volumineuse, plus souple et généralement plus longue.

Le standard stipule : « Il faut préférer les sujets dont l’écaillage est petit, net et uniforme. »

En concours, il faut privilégier les mâles, car le schimmel est généralement mieux réparti. Chez les femelles schimmel, des traces de givre sont souvent trop importantes au niveau du cou, du dos et des flancs.

lipochrome_jaune_schimmel_braives.jpg Lipochrome Jaune Schimmel

stam_jaunes_schimmel.jpg Un Stam de Lipochromes Jaunes Schimmels

Les principaux défauts à éviter :

  • traces de mélanine sur les parties cornées ou dans le plumage
  • manque de profondeur et de richesse dans la couleur de fond
  • bicolore
  • manque de coloration des rémiges et des rectrices
  • manque de facteur optique
  • couleur de fond impure
  • givrage trop important et mal réparti

Dans cette catégorie sont repris :

  • Jaune schimmel
  • Jaune ivoire schimmel
  • Lutino schimmel
  • Lutino ivoire schimmel

Formulation génétique :

  • I+ = non-intensif = schimmel*

(*) Le facteur schimmel est aussi appelé « non-intensif ».

difference_jaune_schimmel.jpg Différence de schimmel entre deux lipochromes jaunes. Il faut préférer un jaune schimmel dont l’écaillage est net, petit et uniformément réparti sur le plumage, comme le sujet de droite.

Le Mosaïque

Le facteur mosaïque a trouvé son origine suite à l’hybridation avec le Tarin du Venezuela. Le canari mosaïque a la particularité d’exprimer la couleur jaune (caroténoïdes) uniquement aux points d’élections, qui sont au nombre de quatre, la tête, les épaulettes, la poitrine et le croupion. Ces quatre zones forment le ‘patron mosaïque’ de l’oiseau.

Le sexage chez les mosaïques est facilité par la différence entre le mâle et la femelle, on parle alors de dimorphisme sexuel. Le mâle dispose d’un masque complet entourant le bec s’arrêtant en pointe en arrière des yeux, tandis que la femelle dispose d’une ligne oculaire parfaitement visible.

En concours, le terme T1 (type 1) est utilisé pour désigner les femelles et le terme T2 (type 2) pour les mâles. Les deux sexes peuvent être présentés. Le patron mosaïque doit être parfait, car c’est un oiseau de contraste.

jaune_mosaique_type_2.jpg Lipochrome Jaune Mosaïque T2 (Mâle)

jaune_mosaique_type_1.jpg Lipochrome Jaune Mosaïque T1 (Femelle)

Les principaux défauts à éviter :

  • traces de mélanine sur les parties cornées ou dans le plumage
  • masque trop important derrière l’œil chez les mâles
  • ligne oculaire trop étendue chez les femelles
  • manque de profondeur dans le patron mosaïque
  • zones d’élections mal définies
  • givrage trop important sur le plumage long des femelles
  • manque de pureté dans les zones claires (blanches)
  • lipochrome trop important dans les rectrices
  • ailes et queues colorées

Dans cette catégorie sont repris :

  • Jaune mosaïque
  • Jaune ivoire mosaïque
  • Lutino mosaïque
  • Lutino ivoire mosaïque

Formulation génétique :

  • Im = mosaïque (pour la répartition du lipochrome sur chaque plume)
  • pm = patron mosaïque (les zones d’élections)
  • pm+ = non-mosaïque

La Mutation Ivoire

L’ivoire a pour influence d’atténuer de moitié la couleur lipochromique du canari jaune. La tonalité de jaune est comparable à une couleur crème, d’où le nom d’ivoire donné à cette mutation. La structure de la plume est modifiée, la plume est plus douce et plus soyeuse.

La mutation ivoire étant combinée aux facteurs intensifs, schimmels ou mosaïques, les principaux défauts à éviter ont déjà été cités. Cependant, en ivoire, une erreur récurrente, les oiseaux sont trop ternes et manquent de luminosité.

lipochrome_jaune_ivoire_intensif.jpg Lipochrome Jaune Ivoire Intensif

lipochrome_jaune_ivoire_schimmel.jpg Lipochrome Jaune Ivoire Schimmel

Formulation génétique :

  • iv = mutation ivoire
  • iv+ = non ivoire

Résultats d'accouplements : L’Ivoire est une mutation récessive liée au sexe.

Mâle Jaune Ivoire x Femelle Jaune Ivoire

  • 100% Jaune Ivoire

Mâle Jaune Ivoire x Femelle Jaune

  • 50% Mâle Jaune Porteur Ivoire
  • 50% Femelle Jaune Ivoire
  • Accouplement autosexables

Mâle Jaune x Femelle Jaune Ivoire

  • 50% Mâle Jaune Porteur Ivoire
  • 50% Femelle Jaune

Mâle Jaune Porteur Ivoire x Femelle Jaune Ivoire

  • 25% Mâle Jaune Ivoire
  • 25% Mâle Jaune Porteur Ivoire
  • 25% Femelle Jaune Ivoire
  • 25% Femelle Jaune

Mâle Jaune Porteur Ivoire x Femelle Jaune

  • 25% Mâle Jaune
  • 25% Mâle Jaune Porteur Ivoire
  • 25% Femelle Ivoire
  • 25% Femelle Jaune
  • Accouplement déconseillé, car il est impossible de distinguer les porteurs des non-porteurs

Le lipochrome aux ailes blanches

Crée par nos amis Italiens, le lipochrome aux ailes blanches est une nouvelle mutation reconnue depuis peu. Sa transmission est liée au sexe. Les rémiges et rectrices sont blanches par inhibition de dépôt du lipochrome. Cette mutation commence seulement à arriver dans les élevages européens.

Méthode de sexage

Dès la fin de la mue, l’éleveur séparera les intensifs des schimmels. Il distinguera aisément les mâles des femelles grâce à la différence de tonalité dans la couleur jaune chez l’intensif. Les mâles ont une couleur plus soutenue, plus chaude et sont généralement plus long en taille. Les femelles sont généralement plus citrin. De plus, une ligne de givre dans la nuque caractérise généralement les femelles. Chez les schimmels, le givrage sur le dos est souvent plus marqué pour les femelles que les mâles, du à une longueur de plumes plus importante.

Concernant les mosaïques, il est très facile de sexer les canaris, car leur accouplement est dit autosexable, du à la différence de patron mosaïque.

Accouplement

Le lipochrome jaune est un oiseau souvent conseillé pour les débutants, car il s’élève assez facilement. Cependant, le choix d’un bon accouplement n’est pas aisé. Il est déconseillé d’accoupler deux intensifs ensembles (jeunes chétifs, mauvaise qualité de plume), de même pour deux schimmels (plumage trop long et schimmel mal réparti). L’accouplement idéal est un mâle jaune intensif avec une femelle jaune schimmel ou inversement. Il faut accoupler les sujets ayant un plumage serré.

Les oiseaux comportant des traces de mélanine dans le plumage (tâches noires) pourront être accouplés, à moins que ces zones noires soient trop importantes. Un oiseau tâché ne donnera pas forcement des sujets tachés ou inversement. Cependant, la présence de mélanine est importante pour garder une souche saine et pure. Il est conseillé de ne pas accoupler des oiseaux possédant des tâches noires aux parties cornées (bec et pattes).

melanine_plumage_lipochrome_jaune.jpg Tâche noire acceptable pour l’accouplement quand l’oiseau possède de nombreuses autres qualités.

defaut_melanine_bec_lipochrome_jaune.jpg Tâche noire sur le dessus du bec (partie cornée). Cet oiseau est à écarter de l’élevage.

defaut_melanine_patte_lipochrome_jaune.jpg Tâche de mélanine sur le long de la patte (partie cornée). Ce lipochrome jaune est à écarter de l’élevage.

melanine_queue_lipochrome_jaune.jpg Tâche brune sur les plumes de la queue (rectrices). L’oiseau possède toujours les caractères héréditaires de l’isabelle et du brun.

Coloration ou pas ?

La coloration est une arme à double tranchants. Quand elle est mal utilisée, elle peut donner des lipochromes trop dorés qui seront pénalisés en concours. Les colorants utilisés sont la xanthophylle ou de la lutéine pour colorer les fonds jaunes. La canthaxanthine quant à elle, est réservée uniquement aux fonds rouges et en cas d’utilisation, les canaris jaunes deviendront orangés. La coloration des rémiges et rectrices s’effectue au nid jusqu’à la fin de la mue.

C’est au gout de l’éleveur de l’utiliser ou non, mais généralement on préfère la méthode naturelle, qui permet une meilleure sélection dans le choix des accouplements.

Les expositions

La concurrence en expositions, dans la série des lipochromes jaune est très élevée. Il n’est pas difficile de constater que cette série est l’une des plus représentée.

Comme il a été dit, en lipochrome jaune intensif et schimmel, il est préférable d’exposer uniquement les mâles, aussi bien pour les lutinos et les ivoires. Pour les mosaïques, les deux sexes sont acceptés et dispose d’une catégorie distincte en concours.

Avant d’exposer un lipochrome jaune, il est important de le laver correctement, en utilisant un shampoing pour bébé. L’oiseau sera plongé jusqu’à la nuque dans un bassin d’eau tiède contenant le shampoing. Le plumage sera nettoyé délicatement avec un blaireau. Le canari sera ensuite rincé à l’eau tiède et épongé soigneusement. Cette opération doit s’effectuer en matinée, pour permettre au canari de se sécher correctement dans sa cage ou dans une cage chauffante et ainsi éviter le refroidissement. Le lavage des oiseaux doit s’effectuer 48 heures avant le jugement, afin de rendre le plumage soyeux et en ordre.

stam_lipochrome_jaune_braives.jpg 4 Stams de Lipochrome Jaune

Fiche de jugement : Lipochrome jaune et mosaïque

  • Lipochrome : 30 points
  • Catégorie (Int.-Sch.-Mos.) : 25 points
  • Plumage : 15 points
  • Taille et forme : 15 points
  • Maintien : 10 points
  • Impression générale : 5 points
  • Total : 100 points

Conclusion

Le lipochrome jaune est un canari méritant toute notre attention et sa couleur flamboyante en séduira plus d’un. Que se soit seul ou un groupe, le canari jaune continuera à donner de luminosité et de la gaieté dans les yeux de l’amateur.

Article rédigé par Cédric Courbois pour Oiseaux Passion n°8

Lipochrome Jaune

Quelques photos de Lipochrome Jaune, canaris de 2010 de propre élevage.

jaunes_11.jpg

jaunes_10.jpg

jaunes_15.jpg

jaunes_14.jpg

jaunes_17.jpg

jaunes_16.jpg

jaunes_19.jpg

jaunes_18.jpg

jaunes_13.jpg

jaunes_12.jpg

jaunes_7.jpg

jaunes_22.jpg

La mutation Opale

La mutation opale est une histoire d'atténuation des stries.

(Agate opale blanc)

1.JPG

(Agate opale jaune intensif)

Cette mutation concentre l'eumélanine (pigments noirs ou brun) sur la face inférieure des plumes. Le dessous des rémiges et rectrices sera donc plus foncé que le dessus. Elle dilue aussi l'eumélanine, atténuant ainsi l'intensité de la strie. Cette mutation est à hérédité récessive libre. Il faut donc qu'elle soit présente en double pour s'exprimer librement.

  • opale x opale --> 100% opale
  • opale x classique / opale --> 50% opale + 50% classique / opale
  • opale x classique --> 100% classique / opale
  • classique / opale x classique / opale --> 50% classique / opale + 25% opale + 25% classique

Elle peut s'exprimer dans les quatre types mélaniques de base : Noir, brun, agate et isabelle; ainsi que dans les couleurs de fond jaune et rouge, associées ou non au facteur ivoire. On observera donc l'Opale dans les catégories intensif, schimmel et mosaïque.

L'opale se présentera aussi chez les canaris à fond blanc, mais aucune différence ne sera alors faite entre l'intensifs et le schimmel.

Chez le noir opale

La mutation Opale modifie la répartition et la concentration du noir. Cela donne les stries d'un aspect gris/noir sur un fond légèrement bleuté. L'eumélanine noire qui s'exprime de façon maximale modifie le lipochrome: le jaune paraitra verdâtre et le rouge violacé sombre. Le dessous des rémiges et rectrices est plus foncé.

Les noirs opales devrons avoir les stries d'une forte tonalité gris/noir avec des interstries gris/bleuté. Les rémiges et rectrices devront être mélanisées au maximum en correspondance avec la couleur des stries du manteau qui devront obligatoirement être alignées et continues pour coller au standard. La tête, nuque comprise, sera sombre chez les sujets intensifs.

En revanche, chez les schimmels et les mosaïques elle sera striée. Ces stries seront bien marquées sur le dos et les flancs. Traduisant le caractères de dessin long et alignés des noirs classiques.

Les parties cornées (bec, pattes et ongles) seront unicolores et oxydées.

Aspect à privilégier : valoriser l'alignement et la continuité parfaite des stries.

Principaux défauts :

  • Dessin tendant à l'agate opale.
  • Envahissement du brun.
  • Perte et dilution du dessin (aspect pastélisant)
  • Pattes trop claires.

2.jpg

(Noir opale jaune schimmel)

Sur cette photo l'on observe aisément l'atténuation des stries noires en gris/bleuté visibles aussi sur les flancs. L'on aperçois aisément les moustaches. Les pattes, les ongles et le bec sont oxydés. Le pigment lipochromique jaune a tendance à tirer légèrement sur le vert.

3.jpg

(Noir opale mosaique jaune)

Ici l'on constate l'éclaircissement de l'oiseau dû au facteur mosaïque qui repousse le lipochrome aux points d'élection.

4.jpg

6.jpg

(Jeune Noir opale mosaïque jaune à 2 et 5 semaines)

Chez le brun opale

5.jpg

Le pigment eumélanique brun sera uniquement présent et réduit. D'une tonalité gris/brun il s'exprimera aussi dans les rémiges et rectrices qui seront plus foncées dessous que dessus. La phaéo sera fortement réduite. Les stries seront longues et continues (comme le brun classique), de couleurs gris/brun en se détachant d'un fond voilé brun très dilué.

Un soupçon bleuté pourra être perceptible dans les rémiges et rectrices. Le pigment lipochromique devra être le plus lumineux possible. Le bec, les pattes et les ongles seront de couleur chair.

Aspect à privilégier : dessin gris-brun.

Principaux défauts :

  • Éclaircissement trop important (type isabelle opale).
  • Présence excessive de phaéomélanine enlevant la tonalité grise.
  • Stries diffuses, ne se détachant pas assez du fond brun dilué.

7.jpg

(Brun opale blanc)

8.jpg

(Brun opale mosaique jaune mâle)

9.jpg

(Brun opale mosaique rouge mâle)

Chez l'agate opale

10.jpg

Joli "stam" d'agate opale blanc où l'on peut constater les stries discontinues propre à l'agate, la couleur gris-bleu des stries qui sont présentent aussi sur la tête. Les moustaches sont légèrement visible sur ce cliché. Et bien sur l'absence d'eumélanine brune !

La mutation opale entraine la disparition totale du brun et la dilution du noir donnant aux stries la teinte gris-bleuté. Le contraste entre la strie et l'interstrie est primordiale chez l'agate opale. Ces stries gris-bleuté doivent se détacher de l'interstrie très claire où doit contraster le lipochrome. Ces oiseaux doivent paraitre très lumineux avec un pigment lipochromique très pur. Les stries devront être très courtes, discontinues, fines et alignées. Elles doivent être présente sur le dos et les flancs.

Concernant le dessin de tête:

  • Chez l'agate intensif --> dessin condensé, front assez éclairci
  • Chez le schimmel --> dessin strié, front éclairci
  • Chez le blanc et le mosaique --> dessin strié sur la tête, abscence de mélanine au niveau des lignes oculaires avec dessin typique des moustaches de chaque côté du bec.

Les rémiges et rectrices seront un peu plus foncé sur le dessous que le dessus, tout en respectant l'harmonie de la tonalité gris-bleu des stries typiques de l'agate opale. Le bec, les pattes et les ongles seront uniformément clairs.

Aspect à privilégier : valoriser la finesse et la netteté des stries gris-bleuté.

Principaux défauts :

  • disparition du dessin bleuté
  • abondance de brun
  • apparition de gris dans l'interstrie (type noir opale).

11.jpg

"Brochette" type d'Agate opale blanc

12.jpg

On note la présence des stries sur la tête du schimmel

13.jpg

On notera les stries discontinues gris/bleuté bien visible sur la tête et le dos, ainsi que l'oxydation diluée des rémiges.

14.jpg

Merci à ce joli spécimen qui nous fait admirer les stries grises de ses flancs ainsi que sont dessin de tête caractéristique aux mosaïques.

Chez l'isabelle opale

Chez l'isabelle opale il y a disparition quasi totale de la pigmentation brune, ne laissant transpirer qu'un léger voile clair perceptible dans les rémiges et rectrices. Absence totale de mélanine dans le reste du manteau. Le bec, les pattes et les ongles seront uniformément clair.

Aspect à privilégier : absence totale de mélanine dans le plumage du corps.

Principaux défauts :

  • disparition du voile sur les rémiges et rectrices.
  • envahissement du brun dans le plumage.

Petite histoire de strie et de dilution de l'eumélanine brune (ou pigment brun) chez le brun opale mosaïque jaune.

Côté mâle

15.jpg

On notera ici, sur cette oiseau, la présence des stries de couleur grise/brune, bien présente sur la tête et le manteau. Cependant, et c'est là le gros défault, ces stries sont bien trop diluées et de tranche pas assez avec l'interstrie (ce qui ne gâche rien à la qualité du patron mosaique de ce mâle).

16.jpg

17.jpg

Voilà ici son contraire (qui nous fait admirer gracieusement son dessin de tête). Ce mâle possède des stries bien contrastées,longues et alignées mais trop larges, donnant cet aspect sombre et peu lumineux car la strie "mange" l'interstrie. (stries pastélisantes). Cet oiseau, s'il n'a aucune chance de podium en concours, reste cependant un bon oiseau de travail avec une femelle complémentaire ayant les stries trop fines et diffuses.

8.jpg

Enfin, un oiseau collant beaucoup plus au standard.

Côté femelle

Les femelles sont généralement moins contrastées que les mâles, l'eumélanine est souvent moins concentrée dans leurs stries. Cependant l'on rencontre des femelles égalant de bons mâles.

18.jpg

Voici une femelle Brun opale mosaïque jaune avec les points d'élection du patron mosaïque bien représentés, mais ses stries sont beaucoup trop diffuses et ne contrastent pas assez avec l'interstrie. A noter un caractère particulier sur cet oiseau... Vous n'avez pas vu ? c'est tout simplement une Brune opale mosaïque jaune ... Ivoire !

19.jpg

Enfin, une femelle nous faisant admirer la "typicité" du dessin typique à la mutation opale. Les stries de bonne couleur sont visibles sur la tête, la nuque, le dos et les flancs. (Non appréciable la qualité du facteur mosaïque).

Voilà, j'espère vous avoir fait agréablement partager ce moment autour de la mutation Opale chez le canari couleur. Vos critiques et commentaires seront toujours les bienvenues. Je remercie pour le partage les éleveur m'ayant permis de vous faire partager leurs clichés (Cédric, "Meusniduss33", Angel, "intercanariasso57", ...).

Salutations ornithologiques.

Venturon65

La mutation Topaze

C'est une mutation récessive libre non liée au sexe, ce qui veut dire qu'il faut que cette mutation soit en double pour pouvoir s'exprimer librement.

topaze1.jpg

En bref : en mâle ou en femelle

topaze11.jpg

La mutation topaze n'était cultivée ces dernières années que sur l'agate. Puis on la cultiva aussi chez le noir. Depuis peu, on commence à rencontrer des oiseaux brun topaze. Cette dernière couleur vient d'être récemment reconnue par la Confédération Ornithologique Mondiale (COM) avec la reconnaissance de son standard. En effet, l'on ne rencontrait que trois types de topaze, le noir, l'agate, et depuis peu le brun et apparu. Le brun topaze est donc reconnu officiellement et concoure dans les expositions COM à partir de 2009. Un standard propre a été mis au point.

La principale caractéristique de cette mutation est l'ourlet clair sur les rémiges (plumes des ailes), les rectrices (plumes de la queue) et aussi les tectrices (plume de couverture ou du dos). Les jeunes naissent avec les yeux rouges, mais ceux-ci se foncent ensuite.

topaze2.jpg

Brun topaze

Les stries seront d'une tonalité brune (noisette), elles seront longues et alignées comme chez le brun classique. Le dessin dorsal forme des rayures parallèles (dessin longitudinal) d'une largeur correspondante à celles du brun classique, Ces rayures se retrouve aussi très nettement sur les flancs, en harmonie avec le dos. Il ne doit pas y avoir de dé pigmentation en bout de plumes. Le dessin de tête sera celui du brun classique correspondant. L'interstrie devra être sans phaéomélanine, elle sera brun clair. Un large ourlet sera très nettement visible sur le pourtour extérieur des rémiges internes, les ailes et la queue très marquées. Le bec, les pattes et les ongles seront unicolores et de couleur chair. Les yeux seront rouge foncé,

Chez le brun topaze, il conviendra de privilégier et valoriser la tonalité brune assez soutenue (noisette) des stries et la disparition de la phaéomélanine.

topaze3.jpg

Brun topaze rouge mosaïque femelle (photo Glémet)

Certains diront qu’il s’agit là d’un phaéo et bien ! A la différence du phaéo qui possède comme un écaillage blanc, la structure de la plume du brun topaze reflète la partie brune en son centre et l’ourlet clair sur le bord externe.

Noir topaze

Ces oiseaux présenteront un dessin strié de tonalité chocolat noir, longitudinal et continu depuis le haut du dos. Les flancs sont striés. Ces stries ressortent fortement sur un fond d'oiseau sans brun, foncé avec des reflets gris. Le bec, les pattes et les ongles sont clairs. Les yeux sont noirs.

topaze4.jpg

Chez ce noir topaze rouge mosaïque mâle, l’on peut remarquer les stries longitudinales et les ourlets typiques de la mutation sur les rémiges et tectrices.

topaze5.jpg

Le fils à l’âge de 4 semaines…

Agate topaze

Ces oiseaux présentent un dessin strié discontinu de tonalité gris anthracite le plus foncé possible. Ce dessin strié sera fin et présent sur le dos et les flancs. Le dessin de tête sera celui de l'agate classique correspondant. Le fond de l'oiseau est sans brun donc laisse bien apparaître le pigment lipochromique ou prend une teinte gris blanc chez le mosaïque et le fond blanc. L'ourlet sera nettement visible en bordure des rémiges et laissera nettement voir cette pureté du fond de l'oiseau. Le bec, les pattes et les ongles sont clairs. Les yeux sont noirs. Concernant les topaze mosaïque rouge on parle aussi de stries noires/grises "bleutées".

C’est dans l’agate que la mutation topaze s’exprime avec beaucoup d’intensité, donnant au canari à fond blanc ou mosaïque une luminosité considérable.

topaze6.jpg

Agate topaze rouge mosaïque bien typique, les stries discontinues (griffures) bordées d'un ourlet sont bien visibles. La tête est les flancs sont striés. L’oiseau ici est très lumineux et le lipochrome intense. Le patron mosaïque est bien représenté (rémiges colorées mais moins pénalisable chez les fonds rouge).

topaze7.JPG

Jeunes agate topaze mosaïque rouge à l’âge de deux semaines. L’on peut déjà distinguer l’ourlet typique de la mutation topaze sur les rémiges de ces jeunes oiseaux. A noter aussi l’intensité des stries plus marqué chez l’un que chez l’autre… un mâle et une femelle peut être ?

topaze8.jpg

topaze9.jpg

Voici deux agates topaze mosaïque jaune (fils et père). L’on peut constater les stries fines et discontinues en forme de griffures dorsales.

Particularité : Les femelles canari topaze ont souvent la mauvaise réputation d’être de mauvaises éleveuses. Ceci serait lié comme d’autres mutations (satiné, lutino, phaéo…) à la couleur des yeux qu’ont les petits à la naissance.

Les canaris topaze ne sont pas à recommander aux éleveurs débutants, car assez difficile en élevage. Il faut s’attacher à cultiver aussi chez ces oiseaux les qualités des mères éleveuses concernant le nourrissage et le réflexe de donner la becquée à leur progéniture.

topaze10.jpg

Remerciements à Djem pour ses clichés, à J.P Glémet pour le brun topaze mosaïque rouge et à Cédric pour la mise en page.

Salutations ornithologiques, venturon65.

Acquisition de nouveaux oiseaux

Voici les deux couples acquis en Agate Opale Blanc (Raoul Dejardin) et un mâle jaune schimmel (Gerry Mertens).

Jaune et Agate Opale Blanc en période de mue

Voici quelques jeunes de l'année avec les parents en volières.

-- 1-- 2 --

4 votes. Moyenne 4.25 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site